LIVRE Rubrique

Sortie du livre : The 30-Year Genocide : Turkey’s Destruction of its Christian Minories


Répondant au mensonge répété selon lequel la Turquie ne s’était pas livré à des génocides, deux universitaires israéliens ont affirmé avoir documenté le massacre d’Arméniens, de Grecs et de Chrétiens sur une période de 30 ans allant de 1894 à 1924, notamment sous la direction de Mustafa Kemal Ataturk. , fondateur de la république turque moderne.

S’exprimant dans le Wall Street Journal au sujet de son livre « Le génocide de 30 ans : la destruction par la Turquie de ses minorités chrétiennes » , Benny Morris et Dror Ze’evi professeurs en études du Moyen-Orient à l’Université Ben Gurion du Negev ont détaillé le massacre systématique commis par les dirigeants turcs qui a éliminé environ 90% des chrétiens.

Dans une colonne du journal, ils ont écrit qu’au cours de la période étudiée, le nombre de chrétiens en Asie mineure était tombé de 3 à 4 millions à seulement quelques dizaines de milliers, passant de 20% à moins de 2% de la population de la région.

« Les communautés arméniennes, grecques et assyriennes (ou syriaques) de Turquie ont disparu à la suite d’une campagne de génocide stupéfiante commencée en 1894, perpétrée contre eux par leurs voisins musulmans. En 1924, les communautés chrétiennes de Turquie et de ses territoires adjacents ont été détruites », ont-ils écrit, contredisant ainsi les affirmations de la Turquie.

Ce n’était pas un simple article d’opinion, mais le résultat, ont-ils déclaré, de 10 années de recherche dans les archives de Turquie, des États-Unis, britanniques et françaises, ainsi que dans des documents grecs et les documents des ministères des Affaires étrangères allemand et austro-hongrois.

Ils ont ainsi affirmé être en mesure de prouver « un schéma remarquablement cohérent d’atrocités ethno-religieuses perpétrées par le gouvernement, l’armée, la police et le peuple turc », à l’encontre des chrétiens.

Ils ont affirmé que le génocide était motivé par la religion et aidé par d’autres groupes de musulmans, notamment des Kurdes, des Circassiens, des Tchétchènes et des Arabes, dans le but de créer une solution finale similaire à celle de l’Holocauste consistant à tuer chaque chrétien de la région.

C’était, ont-ils ajouté, organisé par trois gouvernements successifs, ceux du sultan ottoman Abdulhamid II, les Jeunes Turcs et, enfin, Atatürk. Outre les meurtres de masse, environ 1,5 à 2 millions de chrétiens ont été expulsés, principalement vers la Grèce.

Ils ont affirmé que les meurtres étaient conformes à la définition donnée par les Nations Unies de ce qui constitue un génocide, mais la Turquie a farouchement résisté à toute description de ce genre. Les assassinats se sont accompagnés de viols en masse de dizaines de milliers de femmes chrétiennes et de leur conversion forcée à l’islam et des enfants dont les parents ont été tués.

« Les violences sexuelles et les enlèvements étaient si répandus que bon nombre de Turcs d’aujourd’hui, qu’ils le sachent ou non, peuvent retracer au moins une partie de leurs ancêtres à ces chrétiens enlevés », ont-ils ajouté.

Établissant un parallèle avec l’Allemagne reconnaissant les atrocités commises par le Troisième Reich pendant la Seconde Guerre mondiale et la négation par la Turquie des génocides et des massacres, les historiens ont déclaré qu’il n’y avait pas non plus de remords. « Tous les gouvernements turcs depuis 1924 - ainsi que la plupart des Turcs - ont continué à nier la douloureuse histoire que nous avons découverte », ont-ils déclaré.

par Stéphane le lundi 20 mai 2019
© armenews.com 2019


 

CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...