ARMENIE Rubrique

Mouvement social dans une usine textile de Gyumri


Des inspecteur dépêchés par le gouvernement ont investi mercredi 12 juin une usine textile de Gyumri dont les salariés étaient en grève depuis deux semaines pour protester contre leurs bas salaires et leurs conditions de travail difficiles. Un movement social embarrassant pour le gouvernement, qui avait voulu faire de cette usine un élément emblématique de la “revolution économique” exaltée par le premier ministre Nikol Pachinian et des investissements étranger qu’elle est censée encourager. L’usine, qui appartient à Sasstex Textile Solutions, un groupe dirigé par l’homme d’affaire néerlando-arménien Christian Gelici, avait été inaugurée en grande pompe de décembre 2018 lors d’une cérémonie présidée par N.Pachinian. “Je suis convaincu que de tels projets d’investissement contribueront au développement économique de notre pays”, avait déclaré N. Pashinian lors de l’inauguration de cette usine, qui coïncidait avec le 30e anniversaire du terrible séisme qui avait dévasté la 2e ville du pays le 7 décembre 1988 et dont cette usine avait vocation à confirmer la renaissance économique. C.Gelici avait fait savoir à N.Pachinian à cette occasion qu’il entendait developper l’usine de telle sorte qu’elle puisse compter au moins 350 employés l’année suivante. Mais l’engagement n’a pas été tenu, puisque en mai, l’usine ne faisait travailler que quelque 120 salariés, pour la plupart des femmes. Et encore, pour des conditions de travail jugées peu conformes aux espoirs qu’avaient fait naître l’homme d’affaire dans la ville et au-delà, du climat des affaires nouveau exalté par N.Pachinian à l’échelle du pays.

La plupart de ces employés affirment avoir été rémunérés, en toute illégalité, en dessous du salaire minimum établi par la legislation arménienne à 55 000 drams (115$) mensuels. Différents salariés interviewés par RFE/RL et d’autres media affirment avoir perçu en avril des salaires entre 16 000 et 37 000 drams seulement. Un responsable de la compagnie pretend qu’ils ont été souspayés en avril en raison de la piètre qualité de la production qui avait été reprochée par des clients basés en Allemagne, ce que les employés ont rigoureusement démenti. Si toutefois la qualité du travail devait être contestée, elle serait due selon eux aux équipements désuets de l’usine de Gyumri et du système de ventilation défaillant dans les ateliers, qui ajoute à la pénibilité du travail. Certains d’entre eux ont fait état d’émissions toxiques dans la chaîne de fabrication. “Christian Gelici nous traite comme des esclaves”, a dénoncé l’un des salariés le 31 mai.

L’usine, qui produit principalement de l’habillement professionnel destiné à l’exportation vers l’Europe, ne fonctionne plus depuis. Certains de ses employés ont accuse la direction de Sasstex de les menacer afin de les empêcher de parler aux journalistes. Nerses Taschian, un haut responsible de Sasstex à Gyumri, a indiqué aux salariés en grève le 3 juin que la compagnie envisageait de leur proposer dans les jours à venir de nouveaux contrat d’embauche qui satisferaient à leurs exigences. Mais ils n’ont pas encore vu la couleur de ces contrats. N.Taschian a accusé le 12 juin les salariés protestataires de mentir sur leurs conditions de travail. “Les accusations relatives aux émissions toxiques de l’usine sont des mensonges”, a martelé le responsible de l’usine. C.Gelici, dont le groupe possède des usines textiles dans trois autres villes arméniennes, ne s’est à ce jour pas prononcé sur le conflit social, et a évité tout contact avec les media. Ces revendications ont suscité de vives préoccupations au sein des instances regionales et gouvernementales concernées, ainsi que de la part de l’ombudsman d’Arménie, Arman Tatoyan. Une équipe ad hoc d’inspecteurs des départements du travail et de la santé du gouvernement arménien s’est rendue dans l’usine le 12 juin, en vue d’enquêter sur les doléances et revendications des salariés. Cette inspection devrait durer jusqu’au 21 juin.

par Garo Ulubeyan le vendredi 14 juin 2019
© armenews.com 2019


 

CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés